Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Journée de formation « La betterave et le sucre » :

Session organisée le Jeudi 16 avril 2009

Dans le cadre du dispositif des formations et rencontres 2009 de la bibliothèque départementale de la Somme

Lieu
Bibliothèque départementale de la Somme, à Amiens

Horaires
9h 30 à 12h 30
13h 30 à 16 h 30

Public concerné
Organisé pour les bibliothécaires du réseau départemental livre et lecture
Tout autre public intéressé doit préalablement prendre contact

Encadrement
Animation générale de la journée par Jean Foucault
intervention de porteurs de projets autour des sucreries de Picardie et du directeur de la sucrerie de Roye dans la Somme (voir le programme ci-dessous)

Présentation générale ci-dessous établie par Jean Foucault, animateur de la session de formation.

Argumentaire

Cette journée (après celle qui nous a réuni autour de la pomme de terre) entre dans le cadre des formations destinées à montrer comment il est possible d’associer les démarches culturelles (et les livres) à ce qui fait la vie quotidienne de nos régions.
En tant que poète je me débats pour montrer que la poésie, que la démarche créatrice en général, ne consiste pas à avoir la tête dans les nuages, mais bien les pieds sur terre. La création est un type de regard sur le monde, qui nous est indispensable et c’est une capacité que nous avons tous en partage.
Si cela donne l’envie de monter des projets où la bibliothèque sera partie prenante je serai le tout premier à disposition pour soutenir des initiatives en ce sens, accompagner éventuellement, dans mon domaine de compétence, et dans l’esprit de ce que nous appelons à Lignes d’écritures, la création d’une maison nomade de poésie (ce dernier mot étant entendu on l’aura compris de manière très large).

Jean Foucault

Programme

MATINEE

1) Introduction
Accueil (H. Roberti, bibliothèque départementale)
Présentation générale de la démarche et des intervenants (J. Foucault, Lignes d’écritures), rapide esquisse de l’histoire de la betterave à sucre sur deux siècles (du blocus continental à la mondialisation).

2) Réalités littéraires et artistiques
La betterave sucrière dans le potager du poète du plasticien ou du photographe.
J. Foucault présentera une réflexion poétique et photographique s’appuyant sur la réalité de la campagne betteravière dans la Somme en 2008 (arrachage dans le champ d’un planteur, chargement des betteraves dans les camions de la sucrerie, visite de la sucrerie de Roye). Une exposition photographique de Mickaël Troivaux réalisée à l’occasion de l’opération « Paroles de betteraves » (voir plus loin) sera également accessible.
Une bibliographie sera fournie aux participants, alliant livres de références en Economie-histoire (notamment L’homme et la betterave à sucre, de Françoise Bourquelot), littérature générale, littérature jeunesse (la betterave à sucre apparaît dans Les Trois brigands de Tomi Ungerer).

3) Réalités culturelles et artistiques

Présentation de l’opération « Paroles de betteraves » menée par l’association de théâtre amateur de Crisolles (Oise), « Souffler n’est pas jouer », en 2005-2007.
« Paroles de betteraves » est un travail collectif commencé en 2004 sur la mémoire des gens du sucre qui a donné lieu sur place à l’organisation des « veillées-objets » avec les anciens employés de la sucrerie de Crisolles, invités à raconter leur vie. Le texte qui en est issu « Les terres fortes », est une mise en forme de ces récits de vie par Catherine Zambon. écrivaine. La mise en scène a été réalisée par Sylvie Baillon (coproduction Ches Panses Vertes, Tas de sable et Sources et Vallées).
Cette partie sera animée par la présentation d’une vidéo (sur support CD) réalisée par Véronique Lespérat-Hecquet, qui a accompagné l’ensemble de l’opération, et par un débat en présence de Françoise Lecomte, présidente de l’association « Souffler n’est pas jouer ».

Chol darène saison : un numéro spécial de la revue Ch’lanchron , dossier exclusivement consacré à la betterave et à la sucrerie d’Abbeville qui ferme « Min sang i n’o foait qu’un tour. M’chucrérie al s’in vo freumer ! »
Ce numéro 111-112 (Apréseut 2008 – Courts-jours 2009) est placé sous la direction de Jean-Luc Vigneux

APRES-MIDI

Nous articulons l’après-midi autour de l’ Economie de la betterave aujourd’hui .
Il ne s’agit évidemment pas de faire le tour de la question mais de permettre une approche en présence d’un professionnel. C’est ainsi que M. Le Pargneux, directeur de l’usine Saint Louis de Roye participera à cette partie de la journée à partir de 14 h.
Après une présentation des données de l’usine de Roye et de la filière sucre en Europe et dans le monde, nous pourrons échanger sur les perspectives et M. Le Pargneux répondra à toutes les questions que vous voudrez bien lui poser.
Nous bénéficierons aussi des informations statistiques établies par le CEDUS, Centre d’Etude et de documentation du sucre (www.lesucre.com)

Nous conclurons la journée par un moment « Bilan et perspectives ».
Nous pourrions notamment examiner comment des initiatives peuvent être organisées sur de tels sujets :
- soirée lectures littéraires
- exposition à faire circuler. Il s’agit d’une exposition photographique sur la transformation de la betterave au sucre, et sur les formes de la betterave comparées à d’autres formes dans la nature.
- débats avec les professionnels
- animation sur le thème des sucres lents (proposition de Brigitte Loir, de la Fédération des foyers ruraux dans la Somme)

Si des bibliothèques envisagent des projets à plus long terme dans ces domaines on pourra en esquisser le paysage par un tour de table. Et reprendre ultérieurement la réflexion.

Informations complémentaires

D’autres sessions de cette nature peuvent être organisées,en journée, avec présence d’un professionnnel, ou sur la base d’une demi-journée, à partir de la présentation commentée de l’exposition :
Entre betteraves & sucre une déjà longue histoire
Conditions financières, planning etc. : contacter Lignes d’écritures .

—-