Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Collection Cent papiers

Le projet Cent papiers

« Cent papiers » consiste à recueillir les témoignages de personnes dont la situation identitaire est très claire : ce sont des hommes et des femmes de notre temps, comme vous et moi.
Certains états de société font qu’on cherche à les ignorer.
Ils ne sont plus de « chez eux », ils ne sont pas « de chez nous ».
Et quand ils deviennent « de chez nous » ils sont toujours aussi « d’ailleurs ».
Ils sont souvent munis de tas de justificatifs pour tenter d’expliquer leur situation.
Mais il n’est de pire sourde société que celle qui n’entend que trop bien.
Pourtant « la » société qui délivre ou ne délivre pas les papiers prend elle aussi un visage, des visages, cent visages,…
C’est à ces visages-là que s’adresseront ces témoignages.

Nous sommes tous pris dans le tourbillon des « cent visages » puisque nous sommes — et serons de plus en plus — filmés, vidéotés, pixelllisés, alvéolés, décryptés, dans les entrées-sorties des bâtiments et voies publiques, des parkings souterrains et aériens, des transports en communs, des entrepôts, des hôpitaux et des lieux de boulots.

Mais on ne nous prendra jamais notre identité profonde. Celle-là elle ne se donne que dans la liberté.

En confiance, ici ou là, parfois, quelqu’un nous donne des nouvelles de son identité. Et cela renforce la notre, nous renforce tous. Ces témoignages sont donc des « nouvelles », au sens littéraire. Ni tout à fait faux ni complètement vrais. Il s’y construit une identité. Ecoutons là vraiment, car il faut être deux pour « échanger ». On besoin aujourd’hui d’autre chose que de « communication ».

Loin de la simplicité des papiers administratifs, nous voulons ici que vive le témoignage de la simplicité de la vie de tous les assignés à résidence sur la terre.

Le recueil de ces témoignages et leur publication est réalisé sous la responsabilité d’une assistante sociale, qui dans le cadre des mutations de l’association Service Social d’aide aux émigrants (SSAE), va œuvrer en soutien des publics concernés.

La collection « cent papiers »

Les témoignages recueillis pourront trouver deux modes de transmission :

-* sur le site internet de l’association Lignes d’écritures ;
-* dans une collection portant le même nom que cette opération, accueillie au sein de Corps Puce .

Cette collection sera constituée de petits livres, ayant en principe de 24 à 60 pages dont le format entre dans une enveloppe 110×220.
Chaque livre pourra ainsi être envoyé facilement par poste aux amis ou aux responsables administratifs et politique que l’on souhaite ouvrir à la connaissance de la vie humaine sur la terre.

On pourra s’abonner pour recevoir ainsi le livre publié par la poste, dès sa publication.

Le tarif inclu le timbre pour l’expédition. Un prix groupé sera étudié pour permettre aux administrations d’abonner tout ou partie de leur personnel.

Planning de la collection et conditions financières

Les premières publications sont prévues pour fin 2006.
Prévoir de 4 à 6 euros par titre (expédition postale incluse, pour la France exclusivement)

Abonnement pour 4 titres : 20 euros.

Soirées lectures-débats (Sans ou Cent papiers ?)

Ces soirées se déroulent sur la base de textes d’écrivains d’une part, de témoignages de migrants d’autres part, afin d’échanger sur la question :

-* « Sans ou cent papiers ou : Comment regarder l’Autre en face »

————————————————