Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Connaissance et pratique des ateliers d’écriture dans les villes portugaises

Nous avons voulu savoir quelles expériences d’ateliers d’écriture étaient réalisées au Portugal à l’initiative des mairies. Dans un premier temps, nous avons envoyé, un email à toutes les mairies des préfectures : d’Aveiro, Lisboa, Porto, Beja, Braga, Bragança, Porto Santo, Angra do Heroísmo, Castelo Branco, Coimbra, Évora, Faro, Guarda, Leiria, Portalegre, Setúbal, Viana do Castelo, Vila Real, Viseu, Santarém. Ce premier courrier a été relancé un mois plus tard.

  • Des vingt Mairies intérrogées, nous avons reçu seize réponses (nous n’avons pas reçu d’information des mairies de Porto, Beja, Castelo Branco et Viana do Castelo).
  • Les réponses reçues émanent de différents services : Département Culturel, Division de l’Education, Services de Culture, Société, Sport, Services des Bibliothèques, Documentation et Archives.

Panorama

Tout d’abord, nous verrons le panorama des résultats obtenus. Les expressions utilisées dans la grille, reprennent les termes des réponse des mairies. Un certain nombre de Mairies mènent ateliers d’écriture et nous indiquent le genre d’activité réalisée alors. Il est toutefois possible que cette activité ne corresponde pas exactement au dispositif que nous avons en tête. De ce fait, par exemple, quand aucune des Mairies nous dit « connaître » le concept, l’expérience d’ateliers d’écriture, nous signalons cette information dans les mêmes termes, même si elle est contradictoire à la mise en relation à la pratique d’ateliers, parce que, dans la réalité, la mairie peut réaliser ce qu’elle considère « Atelier d’écriture », sans assumer, verbalement, qu’elle connaissait le concept.

  • Nombre de Mairies qui disent connaître des ateliers d’écriture : 0
  • Nombre de Mairies qui disent ne pas connaître d’ateliers d’écriture : 3
  • Nombre de Mairies qui disent réaliser des ateliers d’écriture : 4
  • Nombre de Mairies qui disent ne pas réaliser d’ateliers d’écriture : 7
  • Nombre de Mairies qui ont laissé la réponse incomplète : 2
  • Nombre de Mairies qui ont fourni d’autres informations : 4

Des seize réponses obtenues, deux doivent être considerées comme nulles.

Nous validons, ainsi, quatorze réponses, dont nous allons décrire le contenu.

Situation dans chaque mairie

La mairie de Portalegre fait mention d’« ateliers d’écriture créative », organisés par la Bibliothèque Municipale, ou effectués par le professeur coordonnateur d’animation infantile et juvénile, ou encore dans le champ d’action du programme d’itinérances de l’Institut Portugais du Livre et des Bibliothèques (IPLB). Nous avons constaté que quelques bibliothèques scolaires, intégrées dans le groupe de bibliothèques scolaires du Ministère de l’Éducation, réalisent des ateliers d’écriture « avec les étudiantes ». La responsable de Bibliothèque nous signale que les ateliers des bibliothèques sont pratiqués exclusivement avec des filles. Il serait intéressant d’en connaître la raison.

La mairie d’Aveiro nous a communiqué le programme culturel de la semaine en cours, où nous trouvions un “conjunto de iniciativas integradas na rede de Bibliotecas Escolares [e] na informação que [desejamos] avaliar”. Les activités sont : expositions, colloques, actions de formation, présentations de livres, ateliers d’illustration, rencontre avec des écrivains, ateliers et workshops d’écriture créative.

À Viseu, il se réalise fréquemment des activités de dynamisation et de création en lecture et écriture et notamment : « temps du conte », « atelier d’expressions intégrées », « atelier d’écriture », « rencontres avec des écrivains ». Avec les enfants, les stratégies utilisées plus fréquemment sont : raconter des histoires/contes, dessiner une histoire écoutée, création d’un final différent pour l’histoire ou simplement résumer un livre ou d’une histoire que l’enfant que le jeune a aimé. Nous devons encore mentionner l’acquisition de livres, le concours d’écriture, les Olympiades de Lecture (réalisées chaque année avec le support de IPLB et du Círculo de Leitores). Cette Mairie est aussi en train de développer un Project d’acquisition de compétence poétique et d’écriture avec l’appui du Centre d’Etudes Sociales de l’Université de Cïmbra. Ce projet va progresser dans le cadre d’une « Action de Formation d’écriture poétique » et, mensuellement, il y aura un atelier d’écriture poétique.

À Setúbal, nous avons constaté qu’un « Programme d’Enseignement de Portugais comme Seconde Langue pour Immigrants » est développé, dans les dernières années, grâce au Musée du Travail Michel Giacometti, visant à articuler les apprentissages de la langue portugaise avec les référents culturels et patrimoniaux qui entourent ses pratiques quotidiennes dans les groupes d’immigrants résidents sur la commune. Nous n’avons pas plus de détails et nous ne savons pas exactement si ce programme implique un travail de réflexion avec la langue, et aucune connaissance sur le ou les animateur(s) et le public destinataire. Quoi qu’il en soit, cette initiative cadre parfaitement avec la réalité de notre pays, qui reçoit un grand nombre d’immigrants, de fait que les écoles sont devenues des lieux de plus en plus multiculturels et plurilinguistes.

Les mairies qui déclarent ne pas connaître les « Ateliers d’écriture » sont celles de Bragança, Faro et Évora. Les Mairies de Vila Real, Coïmbra, Porto Santo, Braga, Angra do Heroísmo, Guarda e Santarém assument ne pas réaliser d’ateliers d’écriture.

Nous devons ajouter que nous avons reçu de quatre Mairies des informations supplémentaires, qui illustrent chacune à leur façon, la manière dont notre question initiale a été comprise. La Mairie de Faro, par exemple, se réfère au plan de formation des fonctionnaires municipaux, qui comprend une action de formation subordonnée à la thématique de la communication orale et écrite. À Porto Santo, deux initiatives sont réalisées dans le circuit de la langue portugaise – la « Boîte de Lecture » (atelier de lecture) et le Championnat régional de Langue Portugaise – « Ortografíadas » (Olympiades d’Orthographe ). Le point central de ces activités est, comme nous le voyons, la compétence de lecture et, en ce qui concerne l’écriture, l’orthographe. Nous savons pourtant que l’orthographe n’est qu’un des multiples aspects à considérer dans la production textuelle et que ce n’est pas l’élément prioritaire, parce que le succès de la communication effectuée par un texte ne dépend pas seulement de l’orthographe.

La Mairie de Braga nous recommande de prendre contact avec les écoles ou les bibliothèques de la Mairie et celle de Santarém nous a envoyé les contacts de l’emsemble des écoles de la commune, pour une éventuelle consultation.

Quelques conclusions

Ces données étant présentées, nous pouvons en tirer quelques conclusions. La majorité des mairies portugaises enquêtées ne réalisent pas d’ateliers d’écriture (nous rappellons que seules les préfectures de chaque province ont été contactées). Dans les quatre qui déclarent réaliser des ateliers d’écriture, nous nous apercevons qu’il s’agit d’activités en connexion avec la lecture, écriture à partir de textes lus, écriture créative et écriture poétique.

Cette étude a évidemment, ses limites : nous n’avons pas enquêté toutes les mairies du Portugal. Pourtant, sachant que nous avons considéré les préfectures, nous croyons, donc, que nous pouvons attribuer, à cette étude, une certaine représentativité du panorama national.

Cette enquête exploratoire a ouvert de nouvelles possibilités de recherche :

  • Élargir la recherche faite aux autres mairies portugaises ;
  • Établir des échanges avec les quatre Mairies qui disent réaliser des ateliers d’écriture pour percevoir la façon comme les activités mentionnées sont effectuées, leurs principes sous-jacents, leurs destinataires (et l’adhésion de ceux-ci), les résultats . Nous pourrions aussi, éventuellement, assister à quelques moments d’activité ; -* Établir des échanges avec les mairies interrogées de manière à sensibiliser à la nécessité de créer, en milieu extrascolaire, des activités de développement de la compétence d’écriture, au delà de l’écriture créative, qui puissent aborder des typologies textuelles plus utilitaires, favorisant le développement d’une citoyenneté active ;
  • Réaliser un atelier expérimental d’écriture, avec l’appui d’une mairie, en milieu extrascolaire.

Juillet 2005