Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Recherche sur les ateliers d’écriture – PORTUGAL

1ère Rencontre Nationale

 

Les Ateliers d’Ecriture dans l’enseignement des langues

 

Défendre des processus d’atelier d’écriture c’est montrer qu’il est possible d’enseigner et d’apprendre à écrire plus efficacement grâce à un tel travail sur les textes. Dans le champ de la Didatique des Langues, en général, et de l’écriture, en particulier, on a développé expériences et recherches dans le champ des Ateliers d’écriture, aussi bien dans la formation d’enseignants que dans la formation des élèves, en milieu scolaire et extrascolaire, mais surtout en d’autres pays.

En effet, au Portugal, cette question apparaît, pour la première fois, dans le Programa de Língua Portuguesa para o Terceiro Ciclo do Ensino Básico, en 1991, où l’on souligne l’importance de réaliser des activités de perfectionnement de textes de préférence à une correction et classification effectuées uniquement par l’enseignant. Plus récemment, en 2003/2004, avec l’introduction des Novos Programas de Língua Portuguesa do Ensino Secundário (Nouveaux programmes de Langue Portugaise de l’enseignement secondaire), on défend, explicitement, la nécessité de travailler l’écriture comme si on était dans un atelier, pour que les élèves puissent développer l’expression verbale, avec la médiation des autres – professeur et copains – pour les aider à réfléchir sur la meilleure façon de mettre par écrit des phrases et des textes. On affirme, ainsi, dans le texte du programme, que A prática da oficina de escrita visa possibilitar a interacção e a interajuda, permitindo ao professor um acompanhamento individualizado dos alunos, agindo sobre as suas dificuldades, assessorando o seu trabalho de um modo planificado e sistemático. A oficina de escrita implica um papel activo por parte de professores e alunos que, através do diálogo e da reflexão sobre o funcionamento da língua, se empenham num processo de reescrita contínua, tendente ao aperfeiçoamento textual e ao reforço da consciência crítica.

Cette référence concrète dans le texte du programme à la problématique des ateliers d’écriture donne une autre visibilité à cette démarche et permet la propagation de ce dispositif d’enseignement/apprentissage de la langue écrite à d´autres niveaux d’enseignement. C´est ainsi que nous voyons apparaître, dans quelques écoles primaires et secondaires, des « Ateliers de texte », «Ateliers du mot », « Atelier de lecture et d´écriture » – pour citer seulement quelques exemples – qui renvoient, au moins au niveau des intentions, à l´importance de travailler, systématiquement et avec des instruments didactiques, cette compétence d’écriture, transversale, dont dépend le succès scolaire. Sur cette lignée, nous avons pensé qu’il était pertinent et urgent de débattre ds différentes pratiques pour que l’expression « Atelier d’écriture » puisse évoquer et, surtout, connaître des perspectives et des conditions de travail avec l’écriture dans notre pays comme dans d’autres.

 

Ayant conscience que la prolifération de travaux dans ce domaine nécessite un travail de réflexion sur l’écriture, l’Université d’Aveiro, et son Département de Didactique et Technologie Educative, a proposé d’organiser le 1° Encontro Nacional de Oficinas de Escrita no Ensino de Línguas, qui se sont tenues les 28 et le 29 Octobre 2004. Les objectifs en ont été essentiellement les suivants :

- Divulguer des perspectives innovatrices dans l’enseignement de l’écriture en portugais, langue maternelle et non maternelle, et dans des langues étrangères ; – Favoriser l´échange de connaissances, d’idées et de pratiques; – Débattre des points de vue sur des pratiques d’ateliers d’écriture.

Pendant les deux journées, des expériences ont été relatées, le fondement et le fonctionnement des ateliers ont été problématisés, donnant connaissance d’un éventail élargied’expériences/activités qui peuvent être réalisées dans les ateliers d’écriture. Des expériences d’écriture en atelier à l’école ont été analysées, de l’Ecole Primaire au Secondaire et en Enseignement Supérieur. La présence de disciplines à caractère transversale ont été présentées et se justifient car elles préparent les apprenants à écrire plus efficacement et de façon plus réfléchie dans tous les domaines.

 

Nous avons pu nous rendre compte de l’opportunité des hypothèses de construction de sens à travers quelques stratégies utilisées avec succès dans des ateliers d’écriture. Les travaux présentés témoignent de la pluralité de l’expression « Atelier d’écriture », ayant l’objectif d’affiner la compréhension de ce qui distingue le travail d’« atelier » des activités d’écriture « traditionnelles » en salle de classe.

 

Le travail d’écriture est, aussi, un travail sur et avec le sujet écrivant, susceptible d’apporter des modifications dans la façon de penser et d’agir, en général, ainsi que le rapport avec la langue, en particulier. Donc, il est possible que, progressivement, nous formions des étudiants capables d’écrire de manière autonome, en capacité de réfléchisr à leurs productions textuelles.

 

Destinée à des chercheurs de Didactique des Langues, enseignants de langues de tous niveaux d’enseignement et animateurs d’ateliers d’écriture, la 1ère Rencontre Nationale d’Ateliers d’Ecriture dans l’enseignement des langues a fourni, aux participants, non seulement l’accès aux comptes-rendus des expériences mais aussi à la participation dans les ateliers d’écriture, discutant cette nouvelle problématique. C’est peut être le début d’une formation continue et d’un changement de pratiques d’enseignement, ce qui nous semble depuis longtemps nécessaire.

 

Juillet 2005

Maria Inês Cardoso <courriel: mcardoso@dte.ua.pt> Luísa Álvares Pereira <courriel: lpereira@dte.ua.pt>