Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Les résidences-minutes de poètes

Petit argumentaire portatif

Les poètes écrivent tous de leur vivant, comme nous nous plaisons à le dire, pour faire pièce aux habitudes bien ancrées de ne s’intéresser qu’aux poètes morts (une spécialité de l’école, parfois aux poètes canonisés de leur vivant (une spécialité des médias).

Sachant cela nous proposons aux poètes d’intervenir de multiples manières en tant que tel et de le faire savoir dans l’espace public.

D’autres rubriques de cette partie en montrent les possibilités (Chemin des poètes, poésie des 4 saisons, pose de plaques poèmes, etc.)

Nous proposons dans cette rubrique d’accompagner et faire connaître des démarches qui peuvent être rapide, instantanée, permettant d’investir un lieu « en poète ». Et de construire ainsi peu à peu un réseau invisible peut-être mais efficace de poésie du temps présent. Nous sommes évidemment ouverts à toutes propositions pouvant aller en ce sens, soit information sur une pratique déjà existante, soit projet à nous soumettre que nous pourrions faire connaitre sur ce site.

Petit inventaire des résidences-minutes

Dans cette partie nous allons développer les propositions de « résidence-minutes » c’est-à-dire ces présences de poètes sur de courts instants dans un lieu, où il va s’affronter à la nature, à une installation artistique, à du land art par nature éphémère. Mais les écrits restent. C’est là que réside la force – la seule force- du poète de mots, qui est celui dont nous souhaitons le développement de l’œuvre dans l’espace publique.

Les propositions que nous développons sont :

- soit uniques, à l’occasion d’une proposition datée et non renouvelables. Mais cela peut donner des idées à d’autres et le projet rebondir ailleurs et d’une autre manière.

Nous mettrons en ligne les textes qui pourront être produits dans ce cadre.

A retrouver alors dans la partie « Livre virtuel, livre vivant ».

Exemple : Intervention au Jardin des senteurs du château de Picquigny qui sera « dans le collimateur du poète » (atelier d’écriture le dimanche 12 septembre 2010)

- soit permanentes ou en tout cas de longue durée, comme c’est le cas pour les propositions « Une heure de résidence de poète » au Jardin des Vertueux à Amiens, résidence proposée devant deux œuvres plastiques du parc.

Là aussi nous mettrons en ligne les créations qui nous parviendront.

Prêts ? Partez

Allez poète, vous avez bien une minute à nous/ à vous consacrer ! Ou une heure ou un peu plus ! Le principe des propositions qui figureront dans cette partie est de prendre en compte uniquement des présences à un monde donné qui ne dépasse pas la journée, afin de ne pas tomber dans ce qu’on appelle habituellement les « résidences d’auteurs », avec un « R » et un « A » majuscule.

Non pas qu’elles n’aient pas de sens, ces résidences, mais elles limitent les expérimentations, elles valorisent les vieux poètes qui peuvent être 3 à 6 mois en quasi permanence dans un endroit au détriment des poètes de tous âges qui sont le reflet de ce qui s’agite dans le milieu, ou de telle région, ou de telle écurie. Ici tout est ouvert. Le poète travaille sans filet.