Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Le détenu court toujours

Ce déclencheur a pris sa source à la télévision.

Un soir je regarde les nouvelles et l’on m’annonce qu’un détenu s’est enfui de sa prison. Je pourrai m’en émouvoir, prendre le parti de l’un ou de l’autre, oublier tout de suite l’événement, comme l’on fait en général puisqu’il faut trier sans cesse dans la vie. Pas de mémoire sans oubli. Mais il est vrai qu’à la télévision il y a de moins en moins d’informations et le peu qu’on nous donne on se le met en bouche ou en esprit pour un temps.

Et justement cette phrase pas trop enfouie sans doute va connaître un prolongement dans ma tête. Quelques jours plus tard on nous apprend que « le détenu court toujours ».

Alors là les choses se précisent et le « déclencheur » se met en place.

Et ce fait divers de la vie sociale devient immense dans ma tête :

1) si l’on sait que le détenu court toujours, c’est qu’on l’observe

2) S’il court toujours au bout de 3 ou 4 jours c’est qu’il a un souffle extraordinaire.

3) Tant qu’il court il semble donc qu’on ne l’arrête pas. C’est sans doute la règle dans le pays de ne pouvoir mettre la main sur quelqu’un en train de courir. On attend donc qu’il se fatigue.

Voilà une histoire se met en place. Il ne reste plus qu’à écrire la vie quotidienne dans ce pays où l’on n’arrête pas les gens qui courent. C’est un vaste programme. Nul doute que je vais proposer ce déclencheur un jour ou l’autre à d’autres pour voir si cela leur fait le même effet qu’à moi.

En tout cas ils écouteront peut-être autrement les informations, même les plus insignifiantes.

On peut aussi prolonger la stimulation en allant lire :

1) Gianni Rodari quand il parle de « l’erreur créatrice » (il imagine avec les enfants le pays où les « pierres » sont molles, à partir d’une faute d’un élève dans une dictée, élève qui avait mis un seul « r » au mot « piere » ).

2) Jacques Gamblin et son personnage au soliloque démesuré durant sa course dans Entre courir et voler il n´y a qu´un pas, papa , roman paru au Dilettante en septembre 2003.