Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Atelier d’écriture à Ribécourt-Dreslincourt

Atelier d’écriture au Lycée horticole

Mars-mai 2010

Au cours de cinq séances d’atelier d’écriture nous avons eu l’occasion de proposer dans une classe BEPA d’un lycée horticole de l’Oise, une relation inhabituelle à l’écriture : l’écriture dite créative.

Ce type d’écriture n’est pas réservé à quelques-uns ! Notre rapport vivant à la langue passe par les jeux avec les mots, et c’est une activité constante : jeu de mots, provocations verbales, « joutes » oratoires, le silence aussi fait parti de notre relation à la langue. Quand on peut le choisir.

Ce qui manque le plus souvent c’est la conscience que parfois l’on peut conserver trace des mots dits. Garder mémoire. Inscrire ainsi dans le temps notre rapport à la langue. Les mots peuvent alors cheminer de leur côté, hors du contexte où ils ont été proférés. Là commence un échange généralisé avec les autres.

Encore faut-il y croire. L’atelier d’écriture à pour vocation non pas de transformer les jeunes en écrivains, mais à donner forme durable à certains éléments qui s’agitent en nous. Et cela peut s’échanger.

A quoi ça sert ?
A être un peu plus humain : n’a-t-on pas dit que la parole est le propre de l’homme ? Ou encore « il ne lui manque que la parole ? »
Etre humain, vivre en société : l’écriture créative est un apprentissage de la citoyenneté. Une société qui ne se parle pas est une société qui grève. Et quand je dis parler, j’évoque le dépassement de la langue de bois.

Durant les cinq séances nous avons abordés différentes approches de la relation créative à la langue :
- slam de présentation (T’es qui toi), avec une suite-réponse réalisée par le voisin
- jeu des questions réponses, « pourquoi » et « parce que » écrits sur de petits papiers et rapprochés de manière aléatoire. C’est un exercice qui entre dans la catégorie des « gymnastiques de l’esprit » comme les « menteries » à base de pommes de terre.
- écriture sur un objet de son choix
- Défendre une cause (un atelier qui fut surtout oral)
- textes à partir d’une pomme de terre tenu en main : « menteries » et « lettre ouverte à la pomme de terre »
- écriture rendant compte d’une observation de ce qui nous entoure : déplacement dans le parc, notation en ayant l’attention aux 5 sens, retour écriture en classe.

Vous pouvez découvrir si vous le souhaitez, deux des ensembles auxquels cet atelier à donner lieu : Les Objets et leurs textes et Les menteries de Ribecourt-Dreslincourt.
Il suffit de cliquer sur l’icône pour les ouvrir et/ou les télécharger.

Jean Foucault

Les Objets et leurs textes

Menteries de Ribécourt-Dreslincourt