Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Questions-Réponses

Le jeu des : pourquoi ? Parce que…

Pourquoi n’ai-je pas trouvé de questions en pourquoi ?
Parce que je ne sais pas qu’est-ce que c’est que la véritable question.

Pourquoi peut-on avancer sans marcher ?
Parce qu’il ne faut pas marcher pour avancer mais avancer pour marcher.

Pourquoi chaque personne est-elle unique ?
Parce que parfois on se lasse.

Pourquoi suis-je né ici et pas ailleurs ?
Parce que mes parents habitent ici.

Pourquoi les mots s’effacent ?
Parce que rien n’est éternel

Pourquoi la vie ?
Parce que les âmes ont décidé de se regrouper pour communiquer

Pourquoi dieu a-t-il crée l’homme et la femme ?
Parce que Dieu n’existe pas.

Pourquoi notre planète est-elle si différente des autres ?
Parce qu’il faut des différences sinon il n’y aurait pas de diversité.

Pourquoi les hommes sont-ils poussés à user de la violence ?
Parce que c’est la solution de facilité.

Pourquoi existe-t-il une seule vérité ?
Parce qu’à chaque acte il n’existe qu’une seule vérité.

Pourquoi nous imaginons des choses inimaginables avec des objets connus ?
Parce que l’on a besoin d’un modèle.

Pourquoi les horloges indiquent-elles l’heure ?
Parce que c’est un indicateur de temps et sinon elle ne sert à rien.

Pourquoi il n’y que des navets au cinéma ?
Parce que il n’y a pas de bon film en ce moment.

Pourquoi vivre pour mourir ?
Parce qu’on serait trop sur Terre.

- Pourquoi aimer une personne qui ne nous aime pas ?
Parce que certaine personne nous attirent malgré nous

Exemple de mise en forme 1 :
Une question et de multiples réponses à cette question

Pourquoi peut-on avancer sans marcher ?
Parce que rien n’est éternel
Parce que c’est la solution de facilité.
Parce que parfois on se lasse.
Parce que mes parents habitent ici.


Exemple de mise en forme 2 :
Plusieurs questions et personne ne répond


Pourquoi ? pourquoi ?

Pourquoi suis-je né ici et pas ailleurs ?
Pourquoi chaque personne est-elle unique ?Pourquoi aimer une personne qui ne nous aime pas ?
Pourquoi nous imaginons des choses inimaginables
Pourquoi les hommes sont-ils poussés à user de la violence ?
Pourquoi vivre pour mourir ?
Pourquoi les mots s’effacent ?

La démarche et son sens profond

Chacun écrit un « pourquoi » et un « parce que ». Cela commence comme un jeu de société.
Si chacun écrit une question et une réponse, on le fait sur des papiers séparés que l’on échange. Ainsi une question est confrontée à une réponse qui au départ n’avait rien à voir. Le rapprochement peut être sans intérêt, mais souvent il peut au contraire ouvrir des horizons que seuls nous n’aurions pas imaginés.
C’est pourquoi ce type de déclencheur d’écriture fait partie, dans ma boîte à outils, de ce que j’appelle « la gymnastique de l’esprit ». Très souvent nous sommes tous enfermés dans de petits univers, dans de petits imaginaires. Mais frotter notre imaginaire à celui des autres donne des perspectives insoupçonnées.
On peut ensuite faire des listes de questions réponses mêlées, des listes de réponses pour une même question etc…
Je donne donc ici exemple d’exploitations secondaires possibles.
Mais il est bien sûr intéressant de s’attarder, de « méditer » sur les questions elles-mêmes qui déjà donnent idée des univers sur lesquels se retrouvent les uns et les autres, ici et maintenant.
Pour les réponses je n’avais sans doute pas insister sur la nécessité d’être très « concret » : c’est là que s’exprime le mieux le fait poétique. Je rappelle ici que la poésie est une approche concrète du monde, différente de l’approche philosophique ou de l’approche scientifique. L’approche concrète cela veut dire que le poète tire son poème de sa propre expérience, et va parler (ou non) à un autre imaginaire qui va s’y retrouver. La philosophie part de l’abstrait pour retrouver une application concrète dans la vie, la science part du concret pour généraliser. Voilà encore une approche qui permet d’atteindre le vrai de la poésie, loin des rimes sans raison…

Quelques repères complémentaires

Je citerai deux ouvrages qui me paraissent intéressant pour approfondir cette démarche :

Questions qui posent problème , de Dominique Saint-Dizier, publié aux éditions Corps Puce, 2010.
L’auteur pose une série de questions qui restent sans réponse… mais rien n’interdit bien sûr d’en trouver…
Dominique Saint-Dizier est un poète de Saint Quentin (Aisne).
Une note critique chez Poezibao :

http://poezibao.typepad.com/poezibao/2010/03/questions-qui-posent-probl%C3%A8me.html

Le quart d’heure de culture métaphysique , de Ghérasim Luca, éditions Hache, 1996 (republié en collection poche Poésie/Gallimard), texte écrit en 1973.
Ghérasim Luca était un grand poète, d’origine roumaine et de langue française. Il vivait à Paris.
Il s’agit véritablement d’une culture physique transposée pour l’esprit. Le corps et l’esprit sont mis en jeu dans ce texte bien particulier.

Un extrait :
« Élever les angoisses tendues
au-dessus de la tête
Marquer un léger temps d’arrêt
et ramener la vie à son point de départ
Ne pas baisser les frissons et conserver le vide très en arrière »

Jean Foucault
26 janvier 2014