Vous consultez une archive. Le contenu de cette page n'est peut-être plus d'actualité.

Je me souviens (listes souvenirs du 24 janvier 2014)

Présentation de la démarche

- Chacun écrit une série de souvenirs enclenchés par la formule « je me souviens » .
Exemple de souvenirs célèbres, basés sur une démarche proposée dans les années 1970 par Georges Perec :
Je me souviens de Georges Perec, Hachette littérature, 1998, première édition, 1978, Hachette
C’est un recueil de bribes de souvenirs rassemblés entre janvier 1973 et juin 1977, échelonnés pour la plupart « entre ma 10e et ma 25e année, c’est-à-dire entre 1946 et 1961 », précise l’auteur..

A retrouver par exemple ici :

http://www.desordre.net/textes/bibliotheque/auteurs/perec/je_me_souviens.html

De quoi sera fait demain ?

De quoi sera fait demain ?

Les écritures des élèves

Les textes sont présentés tels qu’écrits et repris par les élèves. Ils ne sont pas ici dans un ordre spécifique.

« Je me souviens »

Je me souviens quand j’étais petite, les petits-déjeuner avec mon grand frère où on se goinfrait de céréales.
Je me souviens le jour où j’ai décidé que je ferais de ma vie du cirque.
Je me souviens, j’en ai bien peur, de moins en moins bien avec les années qui passent.
Je me souviens de toi.
Je me souviens de la coupe du monde 1998.
Je me souviens des brunchs du dimanche quand j’avais 5 ans, mon père jouait sur la scène alors que moi je jouais dans le grand hall de l’hôtel avec les autres enfants des musiciens, il y avait de grandes tables couvertes de nappes blanches avec de la nourriture dessus à n’en plus finir, pour ceux qui venaient écouter du jazz autour d’un brunch dominical.
Je me souviens de tout un tas de trucs.
Je me souviens de détails insignifiants.
Je me souviens de mon premier jour de rentrée en 6ème.

(Cécile Biensan)

Je me souviens :
De mon rêve de cette nuit
De ce que j’ai mangé ce midi
De la dernière fois que j’ai pleuré
Puis de celle où j’ai bien ri
Je me souviens que j’ai fait des saltos mardi
Je me souviens des montagnes
Je me souviens du soleil
Je me souviens que Shloubi est dans ma poche
Je me souviens que je devais écrire quelque chose

(Sarah Oukass)

- Je me souviens des « galettes au du lait » le vendredi soir devant Thalassa.
- Je me souviens du tic-tac de la salle à manger.
- Je me souviens des longues chasses au trésor et des nombreux mange-bottes.
- Je me souviens des œufs dans le four à pain sombre qu’on récupérait à l’aide d’une lampe torche rouge.
- Je me souviens de l’odeur de la maison de Vannes.
- Je me souviens du steak et des épinards.
- Je me souviens des retours en deux-chevaux décapotable quand arrivait le printemps.
- Je me souviens de la même sensation qui arrivait tous les jours entre la fin de l’école et le goûter à la maison.

(Agathe)

Les rochers qui taillent et qui sont verts
les crevettes, les bigornos et les chaussette mouillées
la galette complète après la pluie
au lit sous le bleu de la couette

les soldats parachutée sous mes ordres
dans le grand escalier de la mamie
cet appartement habités par des étrangers
qui ont la salle de bain inversée

des gateaux de Rachid
sa mezzanine et sa cuisine
donnant sur les toits toulousain
la mort est alors apparu
elle avait la tête de Bob
j’ai pleuré et j’ai compris

la gadoue c’est marrant
quand on se dit c’est pas sale
on peut se jeter dedans
tacler pour rien ou pour s’y rouler
dans la boue avec les copains

ce matin il ‘y avait du pain frais
le bonheur de le trempé beurré
dans un bol de café

de la pluie qui percute
du vent qui tempeste
du rêve qui viens pas
du mouton perdu
du berger qui hurle
enfin le matin libérateur

(Charly Barbier)

Série de je me souviens :

D’un petit carnet,
d’être noté,
d’un soleil,
de joie autour du feu,
de m’amuser et de chanter,
de discuter,
de ridicule,
de m’amuser,
de jouer, de crier, de grogner,
de faire pleurer des enfants,
de rires,
de trous

D’en avoir chié,
d’avoir bossé et transpiré,
d’être crevée mais de recommencer,
de m’entrainer,
de porter,
de commencer,
de garder,

Je me souviens être arrivée,
Je me souviens me dire que finalement, c’était pas si grand,
Je me souviens monter dans les gradins et changer d’avis,
Je me souviens filmer tous ces sièges vides en pensant qu’on allait jouer,
Je me souviens être entrain de jouer avec les ingés sons et lumières,
Je me souviens d’avoir observé le plafond,
Je ne me souviens pas trop d’avoir joué,
Je me souviens de la répétition,
Je me souviens qu’on a mis que 5 min et qu’on était efficaces,
Je me souviens qu’il fallait qu’on aille se coucher.

(Clémence Gilbert)

- Je me souviens que je ne voulais pas dormir à l’école.
- Je me souviens quand je me suis coupée les cheveux toute seule à 6 ans.
- Je me souviens quand on allait donner du pain aux oies.
- Je me souviens qu’après ça on allait manger une glace.
- Je me souviens de mon premier petit bisous à l’école primaire.
- Je me souviens de ma première cigarette.
- Je me souviens d’hier matin.

(Mario Goffaux)

Je me souviens

- De la mer, des vagues, du sable et des odeurs bizarres
- Des animaux, chien, chat, escargot
- De que c’est dificile écrire en française
- Mais toujours rigolo
- De la douche de cette matin
- Des arbres et de paysages que j’ai pas connu
- Je me souviens des escaliers de chez ma grand mere
- Des petites amis/voisines que j’ai perdu
- Des fois je me souviens de choses que je me souviens pas trop, du coup je les invente, peut etre
- Je me souviens aussi des histoires que je peut pas raconter, et ça me fait rire
- Je me souviens pas trop comment faire une liste, meme si j’en ai deja fais un tas
- Je me souviens du supermarché

(Valentina Dread)

je me souviens d’un levé de soleil chaleureux
je me souviens d’avoir frôlé la mort une fois ou deux
je me souviens d’avoir vue la lune faire des vrilles
je me souviens très de moi d’avant mais d’avant quoi
je me souviens du sons de toute les voix
je me souviens de mes frères m’embêtant mais surtout me protégeant
je me souviens de l’eau qui ruisselle a 1cm de mon bras fessant la sieste par 30°C, 2300m et un calme de nature parfaite
je me souviens pas de mon premier pétard mais très bien du dernier
je me souviens du désert hardie du Maroc changer en pépinière de cerisier verdoyant après 2h de sommeil et 200km de route exécrable
je me souviens de la vision psychédélique de ce bateaux de pirates gigantesque

(Vincent)

Je me souviens d’avoir eu envie que tu te taise.
Je me souviens d’être allée au parc et avoir fait des chutes dans la grande araignée.
Je me souviens de ce que j’ai pensé quand je suis tombée de là-haut.
Je me souviens de la nourriture de l’hôpital.
Je me souviens de quand mon frère était à l’hôpital et que je pouvais pas rentrer
J m s quand je dansais le tango avec mon papa et que mes pieds ne touchaient pas le sol
J m s quand j’ai mis ce collier l’année dernière et que j’étais belle
J m s quand j’étais dans ce grand aquaboulevard en France et qu’on nous a pris en photo.
J m s de cette séance photo prise à la petite ceinture avec Absoluble.
J m s de cet état d’excitation extrême quand on a écrit ce texte sur la ville solidaire, comment on se foutait de leur gueule, comment c’est facile de rentrer dans une case.
Je m s que je ne me sentais pas très bien ce jour là à la défense quand on a fait notre première prise de vue.
Je me souviens de mon anniversaire de cette année.
de mes 19 ans.
J m s de cette dispute qui m’a fait m’enfuir en banlieue parce que j’avais peur de me faire frapper.
Je me souviens de Jo, qui était très belle, qui était au courant et n’en avait rien à péter.
J m s de Mike
J m s de Vincent
J m s de Jean
J m s de Jean
J m s de Chirac
J m de Sarkozy
J m de Carla Bruni
J m s du gars qui a chanté à la Nouvelle Star une chanson de Carla Bruni
J m s d’avoir demandé un gâteau à Marion
J m souviens avoir rêvé de Sarah cette nuit.
J m s avoir acheté de la St Yorre et du jus de fruit et de la tête de la caissière
J m s du mépris que j’ai pour toi.
J m s de ce texto ridicule que tu m’as envoyé quand je t’ai dit que je voulais plus te voir
Je me souviens avoir fait des équis.
J m s avoir été chez toi hier soir.
J m s avoir été à cette répétition.
J m s du jour où j’ai failli passer par dessus bord
Je me souviens d’avoir fait un bain de minuit.
Je me souviens d’avoir pris un verre avec toi et t’avoir maté toute la soirée
Je m s de cette performance avec la peinture.
J m s de t’avoir traité de connard.

(Federica Guérin)

Je me souviens de tous ces endroits que l’on a visité.
Je me souviens d’avoir appris à naviguer.
Je me souviens de la première fois que je t’ai vu.
Je me souviens d’avoir mangé trois desserts en un repas.
Je me souviens quand tu es partie.
Je me souviens de la dernière phrase que tu m’as écrite.
Je me souviens de l’angoisse que j’ai encore en passant devant chez toi.
Je me souviens que jamais on ne se quitterais, nous, les amies inséparables.
Je me souviens de tout ce que je ne t’ai pas envoyé.
Je me souviens du jour où j’ai découvert ce journal datant de ma naissance.
Je me souviens aussi de la lettre jointe m’étant adressée.
Je me souviens avoir voulu t’écrire.
Je me souviens aussi que toi tu ne te souvenais plus de moi.
Je me souviens de la dernière fois que je t’ai vu.
Je me souviens de l’odeur de noël sur cette plage aux Antilles.
Je me souviens du tour du lac
Je me souviens de la balançoire.

(Marilou Courtois)

Je me souviens de mon chien qui est déjà mort
Je me souviens de mon premier amour
Je me souviens de la première fois que je suis entré dans cette école
Je me souviens de prendre la décision de venir en France
Je me souviens du sourire de mon frère
Je me souviens avoir regardé le soleil à Amiens
Je me souviens des yeux de mon chat
Je me souviens de la peur de faire un équilibre sur les mains
Je me souviens de parler à mon père
Je me souviens de pleurer avec une chanson
Je me souviens du plaisir de manger un bon chocolat
Je me souviens de la douleur du ventre
Je me souviens de vouloir quelque chose et de l’obtenir
Je me souviens quand ma mère a donné naissance à mon frère
Je me souviens quand je quitte la maison de mes parents
Je me souviens connaître lieux inconnus
Je me souviens d’avoir fini l’école
Je me souviens de tomber en amour
Je me souviens de donner des cours de tissu
Je me souviens de tous les spectacles de ballet que j’ai faits
Je me souviens de rencontrer et de jouer avec la neige
Je me souviens de ne rien comprendre en français.

(Akbali)

P2050613-Trois_ballons_V2bdef

Quelques commentaires


Retour sur la démarche de Georges Perec

De sa démarche Georges Perec disait ceci :
Ces « je me souviens » ne sont pas exactement des souvenirs, et surtout pas des souvenirs personnels, mais des petits morceaux de quotidien, des choses que, telle ou telle année, tous les gens d’un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées, et qui ensuite ont disparu, ont été oubliées ; elles ne valaient pas la peine d’être mémorisées, elle ne méritaient pas de faire partie de l’Histoire, ni de figurer dans les Mémoires des hommes d’Etat, des alpinistes et des monstres sacrés. Il arrive pourtant qu’elles reviennent, quelques années plus tard, intactes et minuscules, par hasard ou parce qu’on les a cherchées, un soir, entre amis ; c’était une chose qu’on avait apprise à l’école, un champion, un chanteur ou une starlette qui perçait, un air qui était sur toutes les lèvres, un hold-up ou une catastrophe qui faisait la une des quotidiens, un best-seller, un scandale, un slogan, une habitude, une expression, un vêtement ou une manière de la porter, un geste, ou quelque chose d’encore plus mince, d’inessentiel, de tout à fait banal, miraculeusement arraché à son insignifiance, retrouvé pour un instant, suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie.

Notre objectif

Il s’agit ici de mettre l’accent sur quelques aspects qui nous semblent fondamentaux

- la liste, l’inventaire est à la base de la poésie, et nous aurons l’occasion d’y revenir à plusieurs reprises dans cet atelier de création.
- la poésie est à la base de toute démarche de création avec les mots. Le frémissement du verbe commence là, bien avant toute autre forme de littérature
- au cours d’un atelier de création comme celui-ci nous travaillons beaucoup ce que j’appelle le « premier jet » : il s’agit de capter par l’écrit ce qui se passe dans notre tête (car le premier rapport de l’écrivain avec les mots est de l’ « oralité intime », qu’il faut savoir « saisir ». Didier Anzieu, psychanaliste à beaucoup travaillé sur la démarche de création. Il parle à ce sujet, dans « Le Corps de l’œuvre », des 5 étapes de la création, la première étant « le saisissement créateur ». Sans cette première étape, où l’on capte ce qui se passe entre le monde les mots et nous on ne peut rien faire. Rien de solide. Rien « d’habité ».
- dans une liste de « premier jet » il est important de laisser l’ordre des phrases telles que venues. Cela peut en dire beaucoup sur le fonctionnement mental de chacun. C’est à chacun d’en prendre conscience et en tenir compte pour son travail ultérieur.


Jean Foucault